Théophile de Giraud, fou littéraire vivant. Il est dans le Blavier

Publié le par I.I.R.E.F.L.

 

Oyez, oyez, bonnes et mauvaises gens,


troubadours, phynanciers,

agglutinateurs de collections illécébrantes,

étripatouilleurs linguistiques,

titulaires de trônes universitaires,

ficeleurs d’harticles pour la presse,

et autres joyeux tailladeurs de gorge à bretelles,

 

un nouvel Institut va naître, un nouvel Institut est né,

un nouvel Institut va venir chatouiller votre nez :

 

L’Institut international de Recherches

et d’Explorations sur les Fous littéraires,

Hétéroclites, Tapés ou assimilés

 

A la kangourine initiative de Marc Ways, bizarromaniaque exquisément marsupitorride du cervelet ainsi que librairo-galeriste en chef implanté à Fontenoy-la-Joute, et du Régent André Stas, collagiste de génie, aphorismoplaste du septième ciel et pataphysicien de haute crème adéquat détenteur de la chaire d’Aliénation Mentale au Collège de ‘Pataphysique, les travaux de Raymond Queneau et de l’illustradmirable André Blavier sur les « Fous littéraires » vont enfin atteindre leur paroxysme opérationnel.

 

L’ithypolycéphallique projet des précités, quoique savantissimes, saugrenus comprendra donc :

PETIT A : une bibliothèque de Fous littéraires et de livres excentriques riche de plusieurs centaines de volumes, sise chez le sieur Marc Ways à Fontenoy-la-Joute, et consultable sur requête avec expresse défense de voler les ouvrages ou de coller des yeux de somnambule sur les pages de garde dont le frontispice de bonne famille vous salue de tous ses tentacules


GRAND B : une maison d’édition dédiée à la republication de certains inexhumables siphonnés, ainsi qu’à la parturition d’essais sur l’anomalie scripturale avec accent lycopsychotonique mis sur l’iconographie et autres belles images à croquer en pleine fesse-lune de jouvencelle œstruculente


MOYEN C : un bulletin trimestriel auquel quiconque ne souscrira pas risquera de très adipeux ennuis avec les arbalètes volantes télépathocupidonicommandées par nos alliés tapis dans le plérôme


SVELTES : des expositions vigoureusement proboscidiennes


et GROS Q : une Fondation en bonne et due forme avec, au choix, carte de membre érectile et avantages subséquemment multicolores, ou bien excision de la paupière des tire-au-flanc par le pénis en spirale métallique des ubusuppôts du zutoire libidinal

 

 Pour le seul privilège d’avoir reçu ce baptismal ingrédientaire, nous vous prions et vachefollons de verser une neuvaine de milliers d’œuroses, en leur coquille, aux membres fondateurs, ainsi que de venir leur rendre royal hommage avec bâtonnets de haschich, foudres de bière, préservatifs non-usagés et autres nobles provisions aussi peu évangéliques que garganturagaillardissantes.

 
Amen, alléluia, ainsi soit-il et toute cette sorte de prépuces.


Théophile de Giraud,

Hétéroclite

 

PS : on trouvera des informations complémentaires sur les peaux de bébés ci-jointes, orthodoxement teintes et suraplaties selon la rouleaucompresseurine technique du bon Dr Jonathan Swift.

 

Publié dans littérature

Commenter cet article