Jean-Pierre BRISSET _ Être et Paraître

Publié le par I.I.R.E.F.L.

 

 

 

Jean-Pierre BRISSET

LES ORIGINES HUMAINES

Deuxième édition de La Science de Dieu

entièrement nouvelle.

Chez l’auteur 19, rue Saint-Lazare à Angers

1913

_Colorful_Frogs_Wallpapers_HQ__1600_X_1200__www.HQPictures-jpg


ÊTRE ET PARAÎTRE

 

L'être est né, l'être aîné, les traînés, les très nés. L'être est née, l'être est née,. les traînées, les très nées.

Ce t'ai ès treu, 1 ai à ; à cet être-là. Le sexe fut le premier être et le nom d'êtres fut donné aux êtres aînés, aux êtres nés, aux étrennés. Ces êtres se traînaient, ce te r' ai aine, aie ; et les très nées les entraînaient, l'ai aise entré, aine est.

Peux à r'ai, pare ai, parer. Pare le qu'ai où, pare le coup. Les parés avaient le part paré ou en l'air. Le part t'ai i, le parti ; la part t'ai ie, la partie. Le parti et la partie étaient nobles, parties nobles. Nœud au bleu, mets en ; noblement. Celui dont le part ou pare était arrivé à sa perfection, père ai fait, exe y ai on ; était un parvenu, part v' ai eunu, parvenu à son but. Il était parfait, part ai fait. Ainsi dans parfait et perfection, on voit que pare et père, ce fut tout un. Les pares-rans ou les parents sont les pères grenouilles. On part entait entre parenté. Le pare enté à jeu consti­tuait le parentage. Le mot pare ou père désigna les deux sexes ; les deux faisaient la paire. En allemand, Paar. En italien, la mère de Dieu se dit Deipara, ce fut une raine. Les pares-rans vivaient dans les parcs où ils parquaient, par acquêt, parc à quai est.

Le part fut le premier paré, le paré-être voulut paraître. Je suis paré paré, préparé. Le paré être devint le pré-être et fut le premier prêtre. Le prêtre est la bête de l'Apocalipse qui veut paraître, parée d'or, de pierres précieuses et de perles, vêtue de pourpre et d'écarlate.

Je suis le pré tendu, le prétendu; le pré tendant, le prétendant; j'ai la pré tension, la prétention. Que pré t'ai en tu. Que prétends-tu? Paré est, prè est, je suis près et prêt. L'origine de pré qui signifie premier, est ainsi bien établie.

Paré l'ai, pare l'ai, je puis, paré l'ai ; je puis parler. Qu'ai un nœud paré, le t'ai eu. Que ne parles-tu ? La part ai haule, j'ai la parole. La parole est née de la force sexuelle. On parla avant d'avoir la parole, c'est pourquoi la parole n'est pas toujours dénommée du verbe parler. On a la parole en public, et il faut plus de force que pour parler en famille. Dans les assemblées de prêtres les femmes n'ont pas la parole. Jésus étant la parole portait sa queue roi, sa croix, car il marchait droit. C'est ainsi que nous devons le suivre.

Si tu peux re parer être, tu pourra reparaître. Le vois-tu, dis, ce paré être ? Le vois-tu disparaître ? Après avoir paru, part ai eu, le prêtre disparu. Il a dit : ce part ai eu, et il a disparu. Le paré être qui voulait paraître, dut disparaître matériellement comme ce paré être ou ce pré-être doit disparaître spirituellement, ce sera la seconde mort. Le pré-être ou le prêtre est mort ; la mort est son royaume, les cadavres lui sont en partage. Qui honore un cadavre, honore le prêtre, qui se confond avec le diable et ne fait qu'un avec lui ; comme l'homme se confond avec le Dieu vivant, et doit vaincre la mort.

Le part tire, fais-le partire. Pare d'ai i, pardi. Pare d'ai, isse ai i ; pars d'ici. Au pare, à véant ; aux parts avant, après au paravent. On le ç'ai, pare à vœu en ce ; on le sait par avance. Séant d'ai ze, en pare ai ; sans désemparer.

On nœud, peux t'ai ès treu, sens ce ['ai à ; on ne peut être sans cela. Tu le veux, peux t'ai ès treu ; tu le veux peut-être. Être vaut : au trou. En alle­mand : sein, c'est le sein, se prononçant : saine, ç'ai aine. En anglais, c'est le b'ai i, le béi, bi. Ta be. Quel que soit le mot il exprime toujours le même objet, non seulement pour être, mais en principe, pour tous les sons, sans nulle exception.

 

 

(Extrait des pages 68 à 70  )

Publié dans BRISSET - Jean-Pierre

Commenter cet article