Le Livre du Prince Korab (IV)

Publié le par I.I.R.E.F.L.

 

Le Livre du Prince Korab

ou

 

GUIDE POUR LES ÉGARÉS (IV)

 

(LIFE IN A NUTSHELL)

 

Couverture 

 

 

Gaston PROFHÜL,

Un Polonais : Le Prince Korab , in revue Bizarre

« Les hétéroclites et les fous littéraires »

N° IV, avril 1956, pages 101à116

 

 

Pour le reste, il est impossible, et la place nous manque autant que le temps, de citer toutes les pages remarquables du LIVRE DU PRINCE KORAB. D’ailleurs toutes les pages en sont remarquables. Nous ne pouvons qu’essayer de donner une idée de cette somme. Par exemple, le simple Résumé du Chapitre V : La Science dans ses grandes lignes, fait entrevoir la richesse et l'ampleur du propos du Prince Korab :

 

 

 

LA SCIENCE DANS SES GRANDES LIGNES

 

 

RÉSUMÉ


  1. Les mathématiques                           

  2. Les jeux de hasard                                                                     

  3. La chimie                                        

  4. L'agronomie, l'élevage et les vignobles                         

  5. Les gouvernements                                                     

  6. Le chant                                                                      

  7. La danse                                                        

  8. Donner le bras                                                          

  9. Donner la main

10. Qui appartient à la société              

11. La conversation

12. Le duel                    

13. La politesse                   

14. Comment s'exprimer                      

15. Les sens                     

16. Le raisonnement    

17. L'honneur

18. Le code 

19. La correspondance

20 La civilisation

21. L'offense   

22. Les courses   

23. Quelques chiffres et unités  

24. La chasse  

25. Théâtre de salon  

26. L'histoire  

27. La natation   

28. Ramer   

29. L'équitation  

30. Conduire à quatre   

31. Le patinage  

32. La bicyclette  

33. La boxe  

34. L'escrime au fleuret  

35. Le tennis

36. Courir - marcher

37. Règle pour les sports et livres de sports

38. Les Arts

 39. Les fleurs

 40. Le jardinage

 41. La cuisine

 42. Les lois

 43. La surdité

 44. La cécité

 45. Les muets
 

46. Société protectrice des animaux
 

47. La santé

 48. Les carrières

 49. La religion

 50. Devoirs d’un galant homme

 51. Les discussions

 52. Qui est de votre société

 53. L’occasion

 54. Pour savoir commander


55. Un exemple d’orthographe phonétique

 56. La correspondance de bourse

 57. L’art militaire



Mais l'on ne peut guère résister à la jouissance spirituelle de citer le début des Mathématiques :

 

 

1. Les mathématiques.

 

 Apprenez d'abord à compter et à écrire les chiffres jusqu'à un milliard, puis la multiplication (x), la division (:), la soustraction (-), l'addition (+), la table des multiplications jusqu'à 12 ; à connaître les signes.

 

Par exemple :

 

                signifie racine

23             signifie le cube de deux ou autrement dit deux à la troisième puissance.

x, y, z       signifient les inconnues

¥            signifie l’infini

-            signifie moins, etc., etc.

 

et la page sur l'Occasion :

 

 CHAPITRE VIl

 

 L'occasion.

 

L'occasion est l'équilibre momentanément rompu entre deux forces contraires. Ce fait (l’équilibre rompu) est dû au hasard.

Celui ou celle qui connait le degré de culture des deux côté, qui mesure au juste l'écart du déséquilibrement et qui sait juste à temps s'emparer du côté le plus fort pour le diriger, a réussi. Vous pouvez vous représenter l'occasion graphiquement. Elle mûrit de a à c et disparaît de c à a, et la difficulté, c'est de la saisir à c. (Divisez pour régner ! L'union fait la force !)

Bizarre-copie-1.jpg

Chaque personne a des occasions dans la vie, souvent plusieurs occasions, de satisfaire ses ambitions ou une partie de ses ambitions, mais il faut qu'elle s'en aperçoive à temps, que son éducation lui permette d'en profiter, et qu'elle ne s'obstine pas à demander plus que ce qu'elle peut avoir pour le moment, ce qui ne l'empêchera pas de faire mieux une autre fois. Les petites occasions forment boule de neige. * S'il ne faut pas manquer de saisir les occasions, il ne faut pas chercher non plus à profiter d'une occasion manquée ni essayer d'en faire naître (d'en créer) de nouvelles, Règles pratiques : Choisissez, entre plusieurs occasions, la moins mauvaise.

 Il faut renoncer. Nous devrons passer sous silence le Traité de l'Art Militaire (27 pages, la plupart en anglais), et la Manière d'enlever les taches. Peut-être, pour leur brièveté, les Conseils pour choisir un homme de confiance ... 

 

 * Votre homme de confiance devrait être choisi comme ceci :

 1. Simple.

 2. Aimant les animaux, les fleurs, les couleurs pâles ou prononcées, lorsqu'elles sont bien assorties et en harmonie, les parfums fins, la musique fine, rêveuse comme : Ouverture : Poète et paysan ; Suppé. Fantasia : Carmen ; Bizet. Laendler for Strings : Two litlle comrades ; Langley. Morceaux à cordes : Petite Bijouterie ; Bohm. La gazza ladra, Ouverture ; Rossini. Faust, Fantaisie ; Gounod. Bonheur perdu ; E. Gillet. Blumenlied ; Gustave Lange. Le Barbier de Séville, Ouverture ; Rossini. Danses d'Almées ; G. Auvray. Si j'étais roi, Ouverture ; A. Adam. Intermezzo : Valse for strings ; Rêve de bal ; Eilenberg. Sérénade ; G. Braga. Chant Hindou ; H. Bemberg. Arioso, Roi de Lahore ; J. Massenet. Queen of the earth ; Ciro Pinsuti.

 

La prédilection pour la musique rêveuse prouve qu'il n'est pas satisfait, qu'il a des aspirations irréalisables et que son intelligence est formée par ses sentiments et la réflexion et non pas par la mémoire, qui est la résultante des forces des sentiments du passé et du présent, et la réflexion 1.

Mais vous aurez des difficultés avec un protégé qui aime par exemple «  Le cor », par Flégier.

 3. Cultivé.

 4. Sobre

 5· Votre favori doit peser lourd, autrement il serait plus difficile.

 6. Il doit pouvoir vous regarder dans les yeux sans se sentir gêné et sans avoir besoin de s'armer d'insolence. Si vous avez besoin d'un serviteur pour mener des affaires compliquées (avocat, etc.), choisissez une personne qui a la mémoire du présent et celle du passé, (le poids du corps), et les cultures intellectuelle et morale.

 Mais pas les Considérations sur les Femmes, hélas ! ni les Idées sur le langage. Encore moins le relevé, pourtant passionnant, des « dates, d'après le Manuel des Sciences sacrées, par Monseigneur Charles Daniel, Paris, 1903, auxquelles des doctrines furent proclamées », et dont voici, tout de même, les premières lignes :

 

« Voici les dates d'après le «  Manuel des Sciences Sacrées, par Monseigneur Charles Daniel. Paris. 1903 » auxquelles des doctrines furent proclamées : 1er siècle : le paganisme, le judaïsme et le christianisme ; 60, Simon le Magicien ; 61, Thebule ; 65, Philet ; 75, Cerinthe : 75, Ebion ; 76. Ménandre ; 82, les nazaréens ; 95, les nicolaïtes ; 114, les eclésaïtes (ou elcésaïtes ?) ; 120, les saturniens ; 130, les  gnostiques : 130, les docètes ; 133, les basilides ; 140, 141, 144, 146,150, 150, 160, 160, 170, 170, 172, 172, 172, 172, 174, 175, 176, 176, 180, 182, 193,193, 194, 199, 200, 201, 218, 219, 246, 247, 247, 247, les angéliques ; 247, les apostoiiques ; 252, 263, 264, 270, 295, 301, 308 à 393, le schisme d'Antioche ; 311, 311, 317, les ariens ; 324, 324, 325, les anthropomorphites ; 325, 343, 352, 358, 360, 360, 362, 366, 372, les origenistes ; 373, 374, 381, 382, 389, 389, 390, 404, 404, 404, 416, les prédestinatiens ; 428, 430, 448, 449, 483, 484, le schisme d'Acace ; 484, 484, 451 (491?), le schisme des Cophtes ; 512, 520, 520, le schisme des Arméniens ; 537, 537, 538, 538, 553, 557, 600, 622, 622, 632, 639, 653, 653, 653, 653, les parherméneutes ; 730, 741, 744, 781, 791.799, 811, 820, 849, 858, 867, 867. 

 Ce qui nous donnera l'occasion de terminer en attirant l'attention sur un fait assez regrettable : bien qu'ils soient souvent ainsi répétés (jusqu'à huit fois consécutives), les dates et les chiffres cités par l'auteur, contraint un peu de survoler son sujet, sont parfois sujets à caution, ainsi qu'il le signale lui-même loyalement, par exemple page 183 : 

 

L'auteur regrette que les dates historiques citées dans son livre soient inexactes surtout celles concenant les familles Hohenzollern et Romanoff, Il fait, par exemple, monter en 1613 le premier Romanoff sur le trône moscovite. Le dictionnaire Larousse de 1903 le fait naître en 1613. On ne permet pas à l'auteur l'entrée permanente à la bibliothèque du British Museum de Londres, ni à la Bibliothèque Nationale de Paris, de manière qu'il ne lui a pas été possible de consulter personnellement les « Documents diplomatiques », ni les autres sources d'informations authentiques, et il s'est vu dans l'obligation de recourir, à grands frais, à des tierces personnes et de se fier aux recherches incomplètes et peu exactes qu'elles firent pour lui. Quant aux livres que l'auteur avait à sa disposition, il y relevait des dates contradictoires ; c'est ainsi qu'il trouva, dans un livre, que Nicolas Machiavel est mort en 1530, tandis que dans un autre livre, il trouva qu'il est mort en 1527.


ou page 459 :

 

La France touche chaque année 1 milliard 134 millions de francs de revenus à l'étranger. Elle a une dette nationale de 30 milliards. Chaque citoyen français doit environ (30 Par 38,5) 777 francs. La France dépense environ un milliard par an pour la défense nationale. Elle enlève 659.000 hommes au travail pour entretenir une armée permanente. Chaque soldat est improductif et lui coûte deux fois 1517,45 francs, donc 3034,90 francs. Tandis que les gros capitalistes placent leur argent à l'étranger, la petite épargne achète du 3% Rente française ou bien est engloutie dans des affaires véreuses chez soi et à l'étranger. Telles sont les ressources commerciales, industrielles et minières de la France, et telles celles de ses Colonies. Elle a tels chemins de fer, etc.

Tous les chiffres ci-dessus doivent être faux !

 

ou encore page 456, note 2 :

 

En 1904, chaque Grand-Duc a une fortune qui varie, selon la personne, entre 600 millions et un milliard de francs, sans compter l'apanage de (50.000.0001) de francs par an que reçoit chaque Grand-Duc. (Ce dernier renseignement de l'auteur doit être erroné.) 

 

 ou plutôt page 519 :

 

 Le chiffre annuel des naissances masculines est de l,2% de toute la population mâle et femelle, enfants inclus. S'il s'élève au-dessus de 1,2 %, la population augmente ; s'il tombe au-dessous de ce taux, elle diminue. (En France, en 1903 : 1,02 %)

Le chiffre d'hommes âgés de 20 ans révolus du contingent militaire annuel est d'environ la moitié de celui des naissances. 

En admettant que les chiffres ci-dessus soient exacts (ils ne le sont pas malheureusement !) un pays 

 Enfin, n'oublions jamais que toute écriture n'est pas toujours à prendre au pied de la lettre :

 

 En 1900, un cocher d'omnibus parisien fit semblant de conduire son véhicule sur moi. Pris par surprise, je m'écartai avec précipitation et me suis démis un doigt du pied gauche. J'en souffre encore en 1904 et le cocher n'a même pas eu le plaisir de savoir combien de mal il m'a fait. Je regrette que Son Altesse le Prince de Bismarck n'ait pas obtenu l'autorisation, en janvier 1871, de bombarder Paris. Je forme le souhait que S. M. l'Empereur Guillaume II détruise un jour Paris (l'auteur exagère, parce qu’il est en colère). 

 Tout cela, je crains de ne l'avoir que trop montré, est épouvantablement ridicule, bien sûr. Ce Polonais susceptible et rentier prête à rire. Mais pas à moi, au fond, non pas à moi. J'ai commis lorsque j'en parlais le péché de facilité. Il est bon et sans danger de frapper par derrière certains mutilés de guerre ignoblement farauds de leurs moignons. Faites-le à chaque occasion. Mais railler les fous est horrible. Je le dis hautement, Calixte d'Orzeszko est bien pour moi Prince des Lettres, cent fois plus que n'importe quel Connétable ou Balladeur de mes quatre. La Vie de l'Esprit, comme dit Françoise Giroud, cela existe. Il y a un domaine de l'Esprit, en effet, dont Orzeszko ou Brisset ont les clés, comme Maturin ou Swedenborg, mais pas le Docteur Schweitzer. Bousmar y pénètre comme Lautréamont, mais pas Daniel-Rops, ni Saint-Exupéry. On y rencontrerait plus volontiers Martel que Montherlant. Le moindre des quadrateurs en est plus digne que le plus Nobel des Hemingway. A l'échelon de l' « Hétéroclysme », on sent plus sûrement le bouillonnement brut du génie que dans tous les Pen-Clubs du monde. Ne croyez-vous pas ? Les droits de l'Esprit, contre tous les digests, les marieclaires, le bonjourtristesses, les zunescos, est-ce que ce n'est pas des Pierquin de Jambloux qui les défendent ? Quand le Nouveau Chinois, et son alphabet de trois lettres, le Russe, le Français, l'Anglais, le Volapük basiques ne serviront plus obligatoirement qu'à rapporter en cinq colonnes les copulations monégasques de Miss Kily-Kily (1), je crois, moi, que c'est Berbiguier autant que Shakespeare que pourchasseront les pompiers de Bradbury.

 

G. PROFHUL.

 

 (1) On faisait grand bruit, la semaine où cet article fut écrit, autour de l'accouplement d'une Américaine du nom de Kelly avec une chose couronnée du Midi de la France. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans KORAB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article